Publié dans Lu pour vous

Pour une poignée de gombos : Sophie Adonon

Abomey -Bénin

Baï est veuve. Elle vit avec ses deux filles : Régisette et Julienne. Un jour, elle envoie la plus jeune, Julienne récolter une poignée gombos. C’est une plante potagère cultivée pour ses fruits. Elle croise en chemin Tony, un voyageur retenu par une panne de train.

Est-ce le coup de foudre ? L’amour naît –il ainsi ? Il faut bien le croire. Car sur le départ Tony lance :

  • Je reviendrai te voir Julienne. A bientôt.

Julienne est convaincue d’avoir rencontré l’homme de sa vie. Et Tony ne va vraiment pas tarder à revenir. Quand on est amoureux pourquoi attendre ? Les démarches sont faites. Bref, Julienne est mariée à Tony conformément à la tradition.

Elle rejoint son nouveau mari à Cotonou. Sa sœur Régisette l’accompagne pour l’assister quelques jours.

Ce que cache Régisette, c’est qu’elle est jalouse de sa jeune sœur. Elle envie son bonheur. Si seulement c’était elle qui avait été envoyée cueillir ces gombos !

Régisette qui doit passer quelques jours avec sa sœur profite de son absence pour commettre l’adultère avec Tony , son beau-frère ! Les deux devront garder ce secret.

Mais c’est plus difficile pour Régisette. Elle réalise en effet qu’elle est enceinte…du mari de sa sœur . Sans informer personne de son état, elle les quitte et passe dix mois dans une autre ville sans donner de ses nouvelles. Sa mère la croit toujours avec sa sœur et cette dernière pense qu’elle est retournée auprès de leur mère.

Elle accouche d’un enfant qu’elle abandonne à un carrefour. Personne n’en sait rien.

La vie reprend comme si de rien n’était. Régisette se marie à Louis un ami de son beau frère Tony… Elle ne parvient pas à avoir d’enfant au grand désespoir de son mari. Dépressive, elle disparaît un jour du foyer. On ne la verra plus. En fait, elle est devenue folle. Elle reste dans cet état pendant vingt-deux ans.

Les années passent. Julienne et Tony ont des enfants. L’aînée, Séréna a aujourd’hui vingt cinq ans et est fiancée à Emmanuel.

Les deux tourtereaux qui sont déjà fiancées sont sur le point de se marier quand Régisette, par une intervention de son père revenu du séjour des morts est guérie de sa folie. Cet événement qui devrait apporter la joie aux familles est plutôt déclencheur de tristes événements, de troublantes révélations.

Qui  pouvait  imaginer un instant que Emmanuel est en fait le fils de Régisette ? Ce garçon qu’elle a abandonné vingt cinq ans plus tôt ? Il est donc le demi-frère  de Séréna… Mariage impossible.

Il est bon que vous découvriez la suite et la fin de l’histoire par vous-mêmes.

Le roman est tellement plein de rebondissements et d’imprévues… L’ordre des événements est bouleversé et les actions se déroulent dans un rythme époustouflant, obligeant le lecteur à une lecture attentive.

J’aime ce livre pour la parfaite maîtrise de la narration. Connaissant l’auteure surtout pour ses romans policiers, je n’ai pu m’empêcher de faire un rapprochement de style.

Il ne s’agit pas d’une histoire d’amour. Mais c’est une histoire qui parle d’amours…de surnaturel, de destin. Le monde visible et le monde invisible se côtoient comme à un inévitable carrefour. Et on en oublie que tout est parti de la quête d’une poignée de gombos !

J’aime particulièrement ce roman béninois, donc africain. Des références culturelles, cultuelles, culinaires agrémentent le livre…

Pour une poignée de gombos de Sophie Adonon est un livre qu’on déguste à la main et en une bouchée.

L’ouvrage a reçu la Plume d’Or 2013 de l’Association des Écrivains et Gens de Lettres du Bénin. Et c’est bien mérité !

Je veux terminer ma présentation en mettant l’accent sur les citations qui précèdent chaque chapitre. Je vous présente ici  quelques unes à titre de bonus…

– «Le vrai bonheur, c’est la quête du bonheur. C’est cette quête du bonheur qui donne un sens à la vie». p26

«Aimer un homme, ce n’est pas forcément aimer ce qu’il aime, c’est se sentir au cœur de ses pensées». p46

« Certains pensent avoir une explication rationnelle à tout. Mais des événements leur resteront indéfiniment mystérieux». p159.

Merci pour ce moment…

 

 

Auteur :

Bienvenue sur saveurs livresques. Le blog littéraire qui ne constipe pas.

14 commentaires sur « Pour une poignée de gombos : Sophie Adonon »

  1. commentaire tres intéressant qui incite à la lecture.connaissant l’auteur et sa délicatesse à tenir sa plume,je suis convaincue que ce roman est une oeuvre littéraire parfaite. un auteur qui est fière de sa culture, qui associe sans gêne les aspects culturels et cultuels de son pays.une demande est il possible qu’on trouve le roman intitulé le « hiatus »?.aidez moi svp… la présentation de ce dernier est tellement intéressant au point où ne pas le lire me rends malade. je souhaite courage et longévité à la plume de cet auteur que j’admire tout particulièrement

    Aimé par 1 personne

    1. Ravi de savoir que vous aimez aussi cette écrivaine. J’espère que vous aurez bientôt l’occasion de lire le hiatus et si vous le souhaitez, le présenter ici sur mon blog.

      merci de votre passage

      J'aime

  2. Très bon résumé de ce roman,cela donne très envi d l lire..Ayant déjà lu d’autres ouvrages d cet auteur j ne doute pas du plaisir que j’aurai à déguster ce chef d’oeuvre. Courage à vous

    Aimé par 1 personne

    1. Merci cher amie lectrice.
      Je suis content de savoir que nous avons un ami commun : le commissaire Aza.

      Si vous le souhaitez, vous pouvez présenter un des livres de la fameuse série policière que vous connaissez sans doute…

       » Puisque nul ne peut tout lire, partageons nos heures de lecture ».

      à tantôt !

      J'aime

  3. Les nuits blanches, les moments de doute, les mois d’efforts intellectuels, tout ceci s’efface devant tant de soutiens… Je ne peux qu’être heureuse face à l’accueil fait à mes œuvres en général, par ceux qui en ont connaissance, à savoir : mes frères et sœurs du Bénin. Je vous remercie tous d’unir vos forces pour promouvoir mes écrits et les porter à la face du monde. Cher Eurodyce, vous représentez pour moi, cette jeunesse que j’aimerais tant conduire vers l’amour du Livre, à la connaissance de la Culture de notre Bénin et à la maîtrise de la langue française ; en un mot, vers une résurrection de la littérature négro-africaine. En constatant votre capacité de compréhension et d’analyse de mes romans, je crois ce pari est en passe d’être gagné. Je vous en remercie sincèrement, ainsi que tous vos semblables qui me lisent et m’apprécient. Cet effort doit se poursuivre mutuellement, étant donné le niveau de français en détresse dans tous les pays francophones.
    Mykerina, merci à vous ! Avec un peu de chance, aurais-je l’occasion de vous dédicacer l’un de mes livres lors de mon passage au Bénin. Par ailleurs,  »Le Hiatus » est en vente à la librairie  »Bon Berger » de Cotonou. Sinon, tout libraire peut les commander auprès de ma Maison d’éditions  »Edilivre ». Tous mes autres romans sont disponibles au Bénin, en France, etc. Je remercie également, Fassinou et tous les autres à venir. Vos soutiens respectifs m’aident à avancer….

    J'aime

    1. Je suis vraiment reconnaissant pour votre proximité avec votre lectorat et pour l’honneur que vous me faites de lire mes articles, moi un lecteur quelconque.

      Pour ma part, en amoureux inconditionnel de la lecture, c’est toujours un plaisir de présenter vos livres.

      Ce blog en est encore à ses balbutiements mais de savoir que des auteurs de renom comme vous pourriez le visiter, me motive.
      L’ambition est très simple : partager les joies de la lecture.

      J'aime

    2. merci beaucoup.je serai très contente de recevoir ce livre dédicacé.ce serait un grand plaisir pour moi de faire votre connaissance et de discuter de quelqu’uns de vos écrits avec vous.vous êtes pour moi un exemple…vive l’ecriture ! vive la plume de l’ecrivain …Dieu vs benisse

      Aimé par 1 personne

  4. Jolie présentation, cela vous donne envie de lire ce roman. Sophie ADONON est l’une des premières à s’engager dans l’écriture des romans policiers au Bénin. je savais pas qu’elle ecrivait aussi des romans de ce genre. Elle n’est pas restée au pays mais ses ecrits reflètent la vie de tous les jours.
    Bravo Eurypower.

    Aimé par 1 personne

Donner votre avis éclairé sur cette sauce :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s