Publié dans Lu pour vous

Reine Pokou: Concerto pour un sacrifice / Véronique Tadjo

J’avais une vilaine migraine cette semaine qui m’a fait fuir les gros livres. C’est ainsi qu’en cherchant dans les rayons de ma bibliothèque : ‘’un livre écrit par une femme et que je pourrais lire en une heure’’, je suis tombé sur ce magnifique livre de Véronique Tadjo. Lire la suite de « Reine Pokou: Concerto pour un sacrifice / Véronique Tadjo »

Publié dans Lu pour vous

Et si l’Afrique refusait le développement ? : Axelle Kabou

Il faut être courageux pour intituler un livre : « Et si l’Afrique refuse le développement ? »

Quoi ? Les africains auraient donc décidé de stagner ?

En tous cas c’est bien la réflexion que développe la camerounaise Axelle Kabou dans cet ouvrage publié en 1991.

Dès les premières lignes du livre, le ton est donné. Il ne s’agit pas pour l’auteure de faire plaisir à qui que ce soit en usant de diplomatie. Et le moins qu’on puisse dire c’est qu’elle n’est pas optimiste. L’ Afrique, écrit Axelle Kabou, est « une sorte de cul de sac de terminus, de voie de garage où aucun espoir de mobilité ascendante n’est permis. » P. 14

Et surtout qu’on ne se laisse pas avoir par les reportages des médias qui montrent une Afrique qui bouge. Il s’agit pour ces médias « de créer l’illusion du développement en saturant le lecteur de comptes rendus divers sur les poses de premières pierres, les inaugurations de cases de santé rurales, etc. » P. 17

Maintenant, revenons à la notion du refus du développement. Elle peut en effet paraître paradoxale. C’est comme si on disait d’un croyant qu’il refusait le paradis !

Or, c’est par leurs mentalités que les Africains refusent le développement. Je vais en énumérer quelques-unes.

Il s’agit d’abord de comportements propres aux Africains. Axelle Kabou décrit par exemple l’Afrique comme « une grande gaspilleuse de temps, d’argent, de talents et d’énergie. »

D’autres mentalités sont nées de la rencontre entre l’homme noir et l’homme blanc.

L’esclavage et ensuite la colonisation ont fait des Africains, des personnes complexées. Le noir se considère inférieur au blanc. C’est le vendredisme. (Lisez : Robinson Crusoë de Daniel Defoe.)

Il y a un autre complexe, et c’est au niveau technologique. Convaincu, que l’homme noir n’a rien inventé, ni rien crée, les africains considèrent la technique comme la chose des blancs. ..

Les Africains revendiquent la fierté de l’homme noir. Ils voudraient que l’Afrique se développe en tenant compte de ses réalités socioculturelles : ils perçoivent alors l’Occident comme une menace. C’est ce qu’Axelle Kabou appelle le particularisme : qui évoque pour l’Africain le droit à la différence.

Il en résulte que les Africains ne profitent pas de la technologie que leur apporte la rencontre avec le monde occidental. Cela donne plutôt lieu à des réflexions du genre : «  Je suis noir. Le noir na pas inventé l’ordinateur. L’ordinateur est donc anti-africain. » P. 93

Incapables de trouver des solutions au sous-développement de leur continent, les africains considèrent que les occidentaux ont le devoir de les aider. Ils disent donc souvent : « Nous sommes des victimes de la colonisation donc les occidentaux doivent nous dédommager ». P.93

Je nommerai une dernière mentalité africaine qui est un refus du développement. Axelle Kabou en parle dans la troisième du livre.

Il s’agit de l’incapacité des Africains à s’unir. Il y a un racisme entre les africains qui font qu’ils ne pourront jamais créer un État continental. Beaucoup d’Africains se disent aussi que sur aucun continent, une telle forme d’unité n’a été mise au point. Cela revient à dire que pour les Africains, ce qui n’a pas été fait par les occidentaux ne peut l’être chez eux.

En résumé, le sous-développement de l’Afrique est dû aux mentalités et aux cultures africaines.

L’ Afrique doit être décomplexée face à son passé et saisir enfin sa rencontre avec l’occident comme une chance de développement.

J’ai aimé ce livre dont le titre ne me plaisait pas au début. Le style est très soutenu signe du grand niveau intellectuel de l’auteure. Le raisonnement est cohérent, le texte bien documenté ; en témoigne l’abondance de citations et de notes de bas de pages.

Le ton est assuré, les propos assumés.

Quant à ceux qui verront en ce le livre l’expression d’un afro-pessimisme béat, l’auteur répond calmement : «  ce livre est bien celui d’une génération objectivement privée d’avenir qui tout intérêt à travailler à l’effondrement des nationalismes étroits des indépendances et à l’avènement d’une Afrique large, forte et digne ». P. 14

Près de vingt cinq ans après sa publication, ce livre reste polémique. Il divise les pessimistes et les optimistes du développement africain.

Personnellement, je me demande si rien n’a changé depuis. En d’autres termes : les Africains refusent –ils toujours le développement ? Chacun y réfléchira.

Mais ce livre a le mérite d’apporter de nouvelles explications aux causes du sous-développement en Afrique. Et j’en recommande vivement la lecture.

Quelques citations tirées du livre

« Les africains sont persuadés d’être totalement étrangers à l’histoire contemporaine du monde. De n’être ici et maintenant que par un pur accident historique. » P.12

« Il n’y a pas à proprement parler de divorce entre la classe politique africaine et les Africains alphabétisés, dans la mesure où il est toujours plus urgent pour ces derniers de défendre « l’africanité », quitte à en crever, que de combattre les attitudes préjudiciables aux africains eux même. » P.126

« L’Afrique se leurre du reste en croyant qu’elle pourra « conserver » durablement ses valeurs de civilisation par la technique du repli des mentalités sur elles-mêmes. » PP. 164-165

« C’est la fin d’une époque : la fête est finie. Il va falloir non seulement se mettre au travail, mais apprendre à se débarrasser du tribalisme économique, établir un ordre social cohérent. » P.204