Publié dans Lu pour vous

La nuit du renard : Mary Higgins Clark

La nuit du renard ! Ce roman de 360 pages m’a pris en otage le week-end dernier. Et c’est avec un certain soulagement que je suis arrivé à la fin, tant l’histoire était palpitante et envoûtante.

Et maintenant que je dois en parler j’ai cet inhabituel doute sur que dire pour ne pas trop en dire.

Car j’espère bien que ceux qui ne l’ont pas encore lu en auront très vite l’occasion. Il bien serait pas bien que je crache le morceau ! C’est d’un roman policier qu’il s’agit !

Bon, je fais un petit effort de résumé.

Ronald Thompson un jeune homme de dix-neuf ans est sur le point d’être exécuté. Il a été en effet reconnu coupable du meurtre de Nina Peterson, deux ans plus tôt. Le jour-là seul son fils, Neil Peterson était à la maison. C’était la nuit. Il s’est évanoui en voyant l’agression sur sa mère.

Son mari, Steve Peterson rongé par sa perte de sa femme vient de commencer une relation avec Sharon Martin, une journaliste, .

A environ deux jours du passage du jeune noir sur la chaise électrique, Neil Peterson et la nouvelle amie de son père Sharon sont kidnappés par … Par le renard bien évidement.

Étrange coïncidence !

Le renard, a enfermé ses otages dans une pièce et posé une bombe reliée à la porte…

Il ira même plus loin : la bombe est programmée pour exploser juste au moment de l’exécution de Ronald Thompson.

Les heures s’écoulent et rapprochent de plus en plus de l’exécution du jeune Thompson qui a toujours proclamé son innocence.

Pour le FBI, c’est la course contre la montre : découvrir le mystérieux ravisseur pour sauver les otages et sauver par la même occasion le condamné à mort si bien sûr il est innocent.

Mais les choses n’avancent pas vraiment comme on l’aurait souhaité. Et jusqu’aux dernières pages du livre, le suspense est maintenue sur l’issue de l’histoire.

La nuit du renard est un roman remarquable. Il a reçut en 1980 le Grand Prix de la littérature policière.

C’est un livre qui pose avec acuité la question de la peine de mort. La position de l’auteure est qu’elle doit être abolie et elle conquiert le lecteur à sa cause.

J’ai beaucoup aimé ce roman. Je peux vous garantir que quand on le commence, on ne peut pas s’arrêter avant d’avoir tout lu. Alors, prenez votre journée pour la nuit du renard…

Auteur :

Bienvenue sur saveurs livresques. Le blog littéraire qui ne constipe pas.

Donner votre avis éclairé sur cette sauce :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s