Publié dans Lu pour vous

Soundjata ou l’épopée mandingue / DjibrilTamsir Niane : un bel hommage à la littérature orale africaine !

  Soundjata ou l'épopée mandingue

Pour commencer, il faut dire que ce livre est le récit d’un griot que Djbibril Tamsir Niane traduit et transcrit. Et il le fait tellement bien que c’est une pure merveille de littérature.

L’œuvre en résumé…

Royaume du Mandingue.

Le prince Soundjata nait de Maghan Kon Fatta, un roi très réputé pour sa beauté et de Sogolon Kedjou une grande sorcière laide et bossue !

Avant sa naissance, un devin avait prédit qu’il deviendrait un grand roi.

Mais Soundjata connut une enfance plutôt difficile. En effet, celui qui selon la prédiction allait rendre le nom de manding immortel à jamais et être plus grand que Djoulou Kara Naïni, – c’est-à-dire Alexandre le Grandnaquit handicapé.

À sept ans, Soundjata ne marchait pas encore !

Ce qui désolait ses parents surtout sa mère, souvent victime des moqueries de la première épouse du roi, la jalouse Sassouma Bérété.

Cette dernière disait à son propre fils Dankaran Touma : « Viens, fils, marche saute et gambade. Les génies ne t’ont rien promis d’extraordinaire ; mais j’aime mieux un fils qui marche sur ses deux jambes qu’un lion qui se traine par terre. (…) Puis elle éclatait de rire, de ce rire diabolique dont une femme jalouse sait si bien jouer ».

(Je suppose que vous connaissez ce genre de rire. MDR !)

Mais l’homme est pressé et le temps est long mais chaque chose a son temps.

Après la mort de son père Soundjata et sa mère, victimes des persécutions de Sassouma Bérété durent s’exiler.

En effet, la terrible femme ignorant les dernières volontés du roi avait placé à la tête du pays son fils Dankaran Touma. Mais c’est bien elle qui dans la réalité exerce le pouvoir.

Le mandingue et les royaumes environnants tombèrent bientôt sous la domination de Soumaoro Kanté, le roi du Sosso qui ‘’portait des vêtements de peau humaine ‘’!

« Soumaoro Kanté était un grand sorcier ; la puissance de ses fétiches était terrible, c’était à cause de tous ces fétiches que tous les rois tombaient devant lui ».

Les habitants du pays vont alors supplier Soundjata de les délivrer de son oppression.

Soundjata vaillant guerrier va user de patience, de ruse, mais aussi de magie pour reconquérir son trône, dominer ses adversaires et bâtir ainsi un grand empire.

Mon point de vue…

Soundjata ou l’épopée mandingue est un livre très agréable à lire. Le lecteur suit émerveillé le parcours d’un héros légendaire !

C’est surtout un bel hommage aux sources orales africaines. On lit un livre, mais on entend une voix. Celle du griot Djeli Mamadou Kouyaté. On lit en Français, mais on ressent le Malinké, langue originale du récit. C’est dire à quel point la traduction est fidèle.

C’est un livre de seulement 153 pages, mais il est difficile de le lire d’une seule traite tant il est dense et exaltant. Votre cœur va battre au son et au rythme des actions de Soundjata.

Ce livre m’a donné envie de m’assoir confiant auprès des  griots pour écouter  l’Histoire, la glorieuse Histoire de l’Afrique.

Djibril Tamsir Niane nous montre que nous pouvons et devons faire confiance aux sources orales africaines.

Oui, « la parole des griots traditionnalistes a droit à autre chose que du mépris », nous dit –il et son excellent livre le prouve bien.

J’espère qu’il sera un jour disponible en audio, lu par une voix grave, passionnante et passionnée comme Alain Focca !

Ma note 4.5/5.

Je vous propose maintenant pour finir les meilleures citations de ce livre. J’ai hâte de savoir laquelle est votre préférée.

  1. Le griot nous apparait comme l’un des membres les plus importants de la société car c’est lui qui à défaut d’archives, détenait les coutumes, les traditions et les principes de gouvernement des rois. P.6
  2. J’ai enseigné à des rois l’Histoire de leurs ancêtres afin que la vie des Anciens leur serve d’exemple, car le monde est vieux, mais l’avenir sort du passé. P.10
  3. Personne ne connait le mystère de Dieu, le serpent n’a pas de pattes, mais il est aussi rapide que n’importe quel animal à quatre pattes. P.48
  4. Le fromager sort d’un grain minuscule, celui qui défie les tempêtes ne pèse pas dans son germe pas plus qu’un grain de riz. P.19
  5. Le serpent mord rarement le pied qui ne marche pas. P.51
  6. La modestie est le partage de l’homme moyen ; les hommes supérieurs ne connaissent pas l’humilité. P67
  7. Les griots sont les hommes de la parole, par la parole nous donnons vie aux gestes des rois ; mais la parole n’est que parole, la puissance réside dans l’action ; sois un homme d’action. P116

Alors ?

Auteur :

Bienvenue sur saveurs livresques. Le blog littéraire qui ne constipe pas.

2 commentaires sur « Soundjata ou l’épopée mandingue / DjibrilTamsir Niane : un bel hommage à la littérature orale africaine ! »

Donner votre avis éclairé sur cette sauce :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s