Publié dans Chroniques

Bénin/Politique du livre et de la lecture : ce que proposent les candidats à l’élection présidentielle de mars 2016.

 

En mars 2016 les citoyens béninois sont appelés à élire un nouveau président de la république. Et je suppose que chacun a ses attentes particulières envers le prochain président.

Pour ma part, en tant que spécialiste et passionné du livre, il m’a semblé important de consulter les projets de société de quelques candidats pour savoir ce qu’ils proposaient en matière de politique du livre.

Pour avoir la réponse à la question ‘’ que proposent les candidats à l’élection  présidentielle de mars 2016 en terme de politique du livre ?’’, j’ai parcouru dix-neuf de projets de société.

Vous pouvez aussi consulter et télécharger ces projets de société en suivant ce lien : http://lanationbenin.info/index.php/presidentielles-2016/ .

Comme ma quête était précise, j’ai recherché dans chaque projet de société, les mots clés : ‘’culture’’, ‘’livres’’, ‘’bibliothèques’’, ‘’ archives’’, ‘’maison d’édition’’, ‘’centre de documentation’’, ‘’ littérature’’.

Deux types de candidats ressortent de ma recherche.

Ceux qui ne proposent rien du tout pour le livre. (Les termes livres, bibliothèques, archives n’apparaissent pas du tout dans leur projet de société).

Il s’agit de :

Atao Hinnouho ,Sébastien Adjavon , Gatien Houngbédji , Omer Rustique GUEZO ,Dr Zul- Kifl Salami , Fernand Amoussou, Aké Natondé, Patrice Talon,,Koovi Bertin SEGBOWE, Soumanou Issoufou Moudjaidou , Robert Gbian, Alexandre Houtondji.

Ceux qui abordent la question du livre dans leur projet de société.

Il faut dire qu’aucun des candidats n’a pas une réelle politique du livre et de la lecture. Mais ils en parlent plus ou moins directement. C’est déjà positif.

La candidate Marie-Elise Gbèdo s’engage : « Nous devons créer et dynamiser des Comités de gestion du livre en vue d’une répartition rationnelle et transparente des matériels, manuels et guides pédagogiques à la disposition des établissements scolaires, enseignants et apprenants. Le livre joue un rôle très important dans l’acquisition des compétences, c’est pourquoi les élèves doivent en disposer pour étudier aussi bien à l’école qu’à la maison ».

Quant à Issa Salifou il pense avoir trouvé une solution précise pour que tous les élèves aient accès aux livres.

Il promet de « Mettre à disposition un « kit de rentrée scolaire » dans les établissements primaires pour permettre à tous les élèves du CP au CM2 d’avoir à la rentrée tous les livres au programme contre une somme symbolique de 5000f pour l’année ».

C’est bien pensé mais j’ai bien peur que la majorité des parents ne trouvent ce prix trop élevé.

Le candidat Lionel Zinsou déjà connu pour la construction de Mini-bibliothèques dans la ville de Cotonou s’engage, dans son projet de société à créer une Bibliothèque nationale – il aurait dû dire construire une nouvelle bibliothèque nationale, car en réalité le Bénin possède déjà une Bibliothèque Nationale, un bâtiment en mauvais état qui mérite effectivement d’être remplacée.

Cette idée d’une nouvelle Bibliothèque Nationale me réjouit.

Le candidat propose aussi de favoriser la lecture publique dans les communes.

Pour Azizou EL HADJ ISSA, « Les industries culturelles seront donc encouragées à travers tout le Pays et plusieurs infrastructures culturelles (musées, conservatoires, théâtres, bibliothèques, maisons de production) seront mises en place ou redynamisées  ».

Pascal Irénée Koukpaki, l’homme de la Nouvelle Conscience qui veut construire un Bénin Apprenant, Entreprenant et innovant s’engager à « développer des infrastructures de promotion culturelle notamment des bibliothèques et médiathèques, des maisons de culture et des arts graphique ».

ISSA Badarou –Soulé voit les choses en grand : « Une grande bibliothèque virtuelle des arts et cultures du Bénin sera réalisées à cet effet. Ce projet permettra d’enregistrer sur support vidéo et audio, les éléments les plus significatifs du patrimoine culturel béninois : vestiges archéologiques et historiques, sites et monuments classés, sculptures, peintures, objets d’arts de tous types, livres anciens, contes traditionnels, théâtres, musiques et danses. Une importance toute particulière sera accordée à la diffusion des technologies de l’information et de la communication. Des bibliothèques et centres de documentation électroniques accessibles par internet remplaceront avantageusement les bibliothèques actuelles ».

Une très belle approche. Cette vision associe les archives et les livres et les valorise. Toutefois, je ne saurais être d’accord sur le dernier aspect de son projet qui consiste à remplacer les bibliothèques actuelles par des centres de documentation électroniques.

Concrètement il s’agirait de faire disparaitre les documents papiers de nos systèmes d’information documentaires. Je pense que le papier doit toujours avoir sa place dans nos bibliothèques, qu’il faut savoir associer la tradition du papier à la modernité des TICs. C’est au reste ce qui nous fait pâlir d’admiration devant les grandes bibliothèques du monde !

Abdoulaye Bio Tchané est celui qui aborde le plus la question du livre dans son projet de société.

Il annonce : « Pour former les jeunes aux emplois du 21ème siècle, nous lancerons un vaste programme d’équipement des établissements d’enseignement en matériels informatiques, en bibliothèques et centres de documentation offrant l’accès à internet ».

Il ajoute « Nous doterons les universités publiques d’infrastructures (amphithéâtres, laboratoires, centres de recherche, bibliothèques, etc.). Nous veillerons aussi à la mise en place de plateforme numérique dans toutes les universités ».

Enfin, il promet : « Nous allons mettre en place des incitations fiscales pour encourager les entreprises et les personnes physiques à sponsoriser des parts d’enseignement et des infrastructures universitaires (bibliothèques, laboratoires, ateliers, résidences universitaires) ».

 

Il est clair qu’il est celui qui m’a le plus séduit. Ses idées englobent celles des autres et il va encore plus loin.

 

Voilà chers lectrices et lecteurs ce que proposent ou ne proposent pas les candidats à l’élection présidentielle de 2016 au Bénin. Sur dix-neuf candidats, seuls sept consacrent une place au livre. Même s’ils ne proposent pas un mode de financement de leur vision, on retient : l’engagement à assurer l’accès au livre pour tous et en priorité dans le système éducatif et aussi la modernisation des systèmes d’information documentaires.

Qu’en pensez-vous ?

Que recommanderiez-vous au Président élu s’il vous nommait CONSEILLER SPÉCIAL A LA POLITIQUE NATIONALE DU LIVRE ?

 

 

 

 

 

 

Auteur :

Bienvenue sur saveurs livresques. Le blog littéraire qui ne constipe pas.

Donner votre avis éclairé sur cette sauce :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s