Publié dans Lu pour vous

Corps-raccords de Djamile Mama Gao : l’amour se fait poème !

NegrDjamile-Corps Raccords.jpg

Corps-raccords de Djamile Mama Gao, je l’ai lu sur plusieurs semaines…

Ma première réaction post-lecture, fut de me demander comment ce jeune poète avait pu imaginer et coucher… par écrit une telle littérature !
Le lecteur remarquera du premier coup d’œil l’orthographe et la mise en forme si innovantes du livre. La poésie est un art et il faut de nouvelles créations pour de nouveaux rêves. Une nouvelle vision ou une vision nouvelle de la Beauté. Bravo donc au poète.
Vous n’avez pas tort si corps-raccords vous a fait penser à corps à corps… Mais vous vous en doutez, ce corps à corps n’a rien à voir avec la lutte traditionnelle sénégalaise ! Il se rapprocherait beaucoup plus de Sexuelles belligérances in Noire Venus de Carmen Fifamè Toudonou qui paraitra un an plus tard.
Au fond, Corps-raccords ,est le scénario, non le discours-programme très osé d’une nuit d’amours… entre le poète et sa bien aimée.
La torride nuit que poétise Djamile est longue et le temps est délimité en poèmes. 58 poèmes ou je dirais : morceaux de poèmes…
58 actes ! Tout un programme.
Cependant, Corps-raccords n’est pas un livre à lire à la va- vite comme mu par une excitation incontrôlée… Non, il faut lire poème après poème et en jouir en prenant son temps… Au reste, les personnes qui liront ce livre à la manière d’un arlequin sont susceptibles de le trouver hermétique. Ceci dit, je n’ai jamais su avec précision ce que les gens qualifient d’hermétisme en poésie.
A vous donc de le lire corps-raccords, comme il vous plaira.
Dans son remarquable et remarqué roman PV salle 6 – Prix littéraire du président de la république 2016 !-, l’écrivain béninois Habib Dakpogan ; qui comme par hasard, préface corps-raccords, écrit : toute l’écriture est un acte sexuel.
Allez y comprendre quelque chose.
En tous cas, tout ce que l‘on peu dire est que Djamile le prend au mot dans son recueil. Mais dans un schéma inversé. L’acte sexuel est écriture. L’amour se fait poème.
Corps-raccords est un livre étrange, choquant, excitant, tentant. Et si je peux le recommander, c’est parce que malgré tous ces qualificatifs, il n’est nullement vulgaire. On y lit de la passion à la démesure, de l’amour, un désir sincère et sans hypocrisie.
Je reproche seulement à cet ouvrage est qu’il soit un monologue : le poète parle sa partenaire subit, consentante… On pourrait penser à une volonté de domination… (Non ?)
Toutefois le plus important à retenir est que corps-raccords est un bel hymne à la sensualité, au désir. C’est aussi une célébration de la femme. « Tu es la plus belle nuit d’Eve que j’ai dormie et m’éveiller en toi est la plus gracieuse aube que j’ai ouverte ».
Dans corps-raccords, l’amour est une suite de chuchotements, de déclamations, de silences arrangés en 58 poèmes (ou morceaux de poème) bizarres, déjantés, grandioses !
Cela commence par cette annonce : « Et voici ce soir, la fourberie de mes promesses : t’éclipser t’instituer » p.21 poème premier et au bout de la nuit donc à l’aube : « A force de te destiner, je sais où je finirai Au sexuel ciel ». p.78, poème 58 et dernier.
Voilà, je vous ai tout dit !

Auteur :

Bienvenue sur saveurs livresques. Le blog littéraire qui ne constipe pas.

2 commentaires sur « Corps-raccords de Djamile Mama Gao : l’amour se fait poème ! »

Donner votre avis éclairé sur cette sauce :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s