Publié dans Chroniques, Opinions

Bande de poètes pour qui écrivez-vous? 2/2

Pour mieux comprendre l’éternelle question de  l’hermétisme en poésie, j’ai directement posé la question, sinon des questions à quelques poètes béninois.

Les premières réponses ont été publiées dans cet article. Voici à présent la suite et la fin.

Aux questions :  » Pour qui écrivez-vous? » ,  » quand vous écrivez, vous souciez vous de la compréhension du lecteur? », etc… Les poètes répondent !

Lucrèce Sènami DEGLA auteure de Compagnons d’infortune.

La poésie selon moi qu’elle soit hermétique ou simple doit être intelligible et susciter une émotion chez le lecteur. La poésie ce n’est pas de l’hermétisme. Ce n’est pas non plus une affaire de simplicité. Dans tout ce qui suscite une émotion il y a une part de mystère, une part de questionnement.  La poésie ne devrait être ni simple ni hermétique.  Si elle peut et elle doit soulever de l’émoi alors elle aura accompli sa mission .Émouvoir, transporter, raconter et laisser cette part de mystère de non-dits, voilà un peu comment je conçois la poésie. 

Habib Dakpogan

La première intelligence est celle qui nous porte vers l’autre. Je suis radical : la poésie est émotion. Pas d’émotion sans un minimum d’intelligibilité. Il faut lire la fable de Florian sur le singe et la lanterne. La poésie est délicatesse et non pédantisme.

Djamile Mama Gao, auteur de Corps-raccords.

Pour qui j’écris ?

Il me faut avouer que je ne me suis jamais vraiment posé la question.  D’autant que j’écris par instinct plutôt que par raison. Et qu’en conséquence, je ne me questionne que peu sur qui devrait ou ne devrait pas me lire.  Peut-être parce qu’une telle approche me parait presque  claustrale, selon que je tenterais de circoncire, la pulsion ardente qui me parcourt, au moment où, une envie fugace me prend, d’éponger d’encre les voix – quelles qu’elles soient – qui grondent dans ma  cervelle. Pire, cela voudrait aussi signifier que le dehors me dicte ma conduite, m’intime son désir, m’ordonne ce qu’il faut ou ne pas transcrire. Comme si je n’étais qu’une marionnette.  Comme si j’écrivais juste pour contenter des attentes d’un extérieur  à moi-même ; alors que je ne saurais prétendre savoir ce que j’attends moi-même de mon écriture ?

Alors, comment répondre autrement si ce n’est par un je ne sais pas, et peut-être que je n’ai pas vraiment envie de savoir. En tous cas pour le moment.

Toutefois, peut-être que pour ne pas sembler trop suffisant, je dirais que j’écris pour quiconque refuse de se contenter de ce que la (sa) réalité semble représenter.  J’écris donc pour qui admet regarder au-delà de ce qu’il regarde, pour qui n’accepte pas l’inacceptable ou au contraire, pour qui admet l’inadmissible afin de faire  mieux : Ne pas le commettre.

Quand vous écrivez, vous souciez-vous  de la compréhension du lecteur ?

Probablement ! Car je considère que l’écriture  est une solitude en quête de compagnie.  Encore faudrait-il savoir qui nous lit. Et cela est presque utopique. Pour ma part, le premier lecteur que j’ambitionne convaincre avant tout : c’est celui que je suis.  Parce que si je ne parviens pas à saisir ce qu’insinuent mes écrits, ou encore ce qu’ils imaginent, appréhendent ou représentent ; je doute pouvoir le faire percevoir à autrui.

Esther Doko ,Auteure de Par la sueur de mon suaire .

Si je pars du principe que poésie égale thérapie, je dirai d’abord que j’écris pour mon âme et dans un processus de guérison. Ainsi quand j’écris, je ne pense pas forcément à la compréhension du lecteur.

J’épouse plutôt l’expression, la poésie ne se comprend pas parce qu’au fond elle est un langage que seules comprennent les âmes en besoin, pas de simples d’esprits, aussi intelligents soient –ils…

Quand la compréhension du lecteur est recherchée, les émotions sont travesties et forcément ce n’est plus de la poésie.

==============================================================================

Vive la poésie !

Vivent les poètes et les amoureux de la poésie !

Je vous remercie !

Auteur :

Bienvenue sur saveurs livresques. Le blog littéraire qui ne constipe pas.

Un commentaire sur « Bande de poètes pour qui écrivez-vous? 2/2 »

Donner votre avis éclairé sur cette sauce :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s