Publié dans Nouvelles

Une virée au ciel ( Nouvelle courte).

Une tournéeCe jour, c’est la solennité de la pentecôte. J’ai plutôt passé un dimanche ordinaire. Je me suis réveillé à huit heures, j’ai allumé le poste  radio pour faire le point sur l’actualité de la semaine. Comme d’habitude, il y avait encore eu  des dizaines de morts par ici par là.

Je suis sorti me payer à manger et après je me suis installé devant mon ordinateur portatif pour suivre des films jusqu’à quinze heures. J’ai grignoté quelques biscuits et je me suis endormi.

À dix-sept heures trente je me suis réveillé et je me suis apprêté pour la messe des jeunes : dix-huit heures.

Je l’ai bien vécue en somme. Ce n’était pas du tout ennuyant, j’ai même souri deux fois au cours de l’homélie. À  dix-neuf heures dix, c’était fini. J’aime bien ces messes courtes car, moins on entend plus on retient.

Alors je suis rentré, j’ai rallumé mon ordinateur pour faire de la lecture; tout  en grignotant des biscuits  en célibataire qui n’aime pas cuisiner.

Vingt-deux heures cinquante. Je dois m’apprêter pour me coucher à vingt-trois heures.

Je ne sais pour quelle raison, j’ai allumé la télé histoire de voir. On ne sait jamais. En  général, je ne suis pas collé à la télévision puisque je n’ai pas besoin de voir pour croire : il me suffit d’entendre.

L’émission qui passait me plaisait et j’ai voulu profiter de l’instant pour recharger la batterie de mon téléphone. Il me faut un portable toujours allumé. Justement, demain c’est lundi et les clients peuvent m’appeler à tout moment.  Je ne vais pas aller leur expliquer  que j’avais un problème de batterie ! Je suis un gars consciencieux, moi.

Donc je me penche pour mettre mon chargeur dans la multiprise et…Plus de geste. Je reste le derrière en l’air. Je réalise avec une vitesse effroyable que je suis en train de m’électrocuter tout bêtement. Je vis seul … Je ne peux espérer l’aide de personne.

Je suis là et…  Je ne sens plus rien. Non. À  un moment il me semble que je tombe… Je sens même mon portable sonner : « il y a  un message pour toi ». Je ressens du fond de mon cœur (qui ne bats plus) une gratitude envers cette personne qui se souvient de moi à l’heure de ma mort. Je prierai pour lui…

Quelques instants plus tard, je me retrouve dans un endroit tout  blanc.  Un blanc éclatant à faire mal aux yeux.

Une longue file d’attente.  Très longue même. D’ici à  là-bas…Comme j’ai des yeux d’aigle, j’aperçois au  loin un portail. Je reconnais sans faute le maitre des clés : CELUI QUI OUVRE ET CELUI QUI FERME.

J’ai marché pendant ce qui m’a semblé une éternité et parvenu à sa hauteur :

– La paix de Jésus !

-Amen, le nouveau.

Je m’attendais à « mon frère ». Mais il m’a répondu c’est déjà ça.

-Je viens d’arriver et je me demandais quelles étaient les formalités à remplir pour…

Là, le MAITRE DES CLÉS partit d’un grand éclat de rire. Un rire saint.

-Écoute mon petit. Ton âme divague un peu. Mais tu n’es même pas digne que je regarde dans le Grand Livre pour toi.

-Et pourquoi ? demandai-je les larmes aux yeux. J’ai aimé. Il est vrai, que j’ai plus péché que  fait  du bien mais pour l’amour du ciel, je veux bien voir…

-Vous dites tous la même chose Mais qu’as-tu fait de tous les dons que le divin Maitre t’a si généreusement donnés ?

-J’ai bien voulu… Mais vous savez…

-Que l’esprit est décidé mais la chair est faible. C’est ça que tu voulais ajouter pour ta défense hein ?

-En vérité…

Ha haha ! Je sais déjà ce que tu veux dire. J’en ai vu et entendu des centaines de milliers. Et comme disent les terriens : je connais la chanson !

Je grelotais et transpirais…  Je ne savais pas  vraiment à quel saint me vouer…

-La paix ! fit une voix à la fois paisible et imposante. Laisse le petit en paix et cesse de le tourmenter. Son heure n’a pas sonné.

C’était le souverain Maitre qui avait parlé. Personne ne pouvait le regarder en face. Même MAITRE DES CLÉS faisait un effort avant de contempler son sacré cœur.

Moi, je n’ai pu voir que ses pieds…

***

« Eh bien, vous le voyez sur les images et  c’est mieux qu’à la radio. Oui, vous voyez  les premiers astronautes africains qui retournent sur terre après leur historique mission sur la  lune.  La mission spatiale ECOWAS  II…»

C’est ainsi que je me suis réveillé devant un reportage télé.

Ouf, je revenais de loin !

J’ai consulté mon dernier message. C’était un ancien camarade de classe.

«  Salut mec !  Il y a un bail. Tu es toujours sur cette planète ? Donne-moi de tes nouvelles ! »


Désy Ray.

Auteur :

Bienvenue sur saveurs livresques. Le blog littéraire qui ne constipe pas.

Donner votre avis éclairé sur cette sauce :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s