Publié dans Actualités, Evènements, Poèmes

Lancement de Dessins de Silences de Habib DAKPOGAN : et le silence se répandit !

Ce samedi 23 décembre 2017, a eu lieu à Cotonou le lancement du recueil poétique Dessins de silences de l’écrivain béninois Habib Dakpogan, Prix du Président de la république 2015 avec son roman PV salle 6. Notre rédactrice Belkis y était pour vous; – et aussi un peu pour elle…



Dessins

Ils sont venus un à un, en silence, dans un si beau silence ce 23 décembre la veille de la veille de noël pour suivre le lancement de Dessins de Silences de Habib Dakpogan.

Dans leurs yeux, des éclats et des étincelles comme au royaume des étoiles. C’est de cela même qu’il s’agit: la poésie. Les mots étoilés ont attiré un public fou dans la salle polyvalente de bluezone. Le professeur Tossou Okri était là ainsi que d’autres écrivains comme :Florent Eustache Hessou, Jean Paul Tooh-Tooh, Yves Biaou, Hilaire Dovonon etc.

C’est le journaliste culturel Eric Azanney qui a dirigé la séance. Salutations d’usage, mots de bienvenu et descente dans les mots du jour.

L’apéritif fut une prestation « slamique » de la charmante Mireille Kpawogbo qui nous a fait voyager à travers un miroir très magique, un miroir qui n’est rien d’autre que sa belle voix décrivant tout le bonheur que peut apporter un examen de conscience à l’homme. Nous avons applaudi alors que personne ne nous l’a demandé. Ensuite Nasser le mangeur de silence, slameur de son état, avec ses paroles incantatoires a su bien manger l’un des Dessins de Silences: «Survivre». Par un souffle bien colosse il s’en est allé; non, il nous a emmené dans un autre monde où seuls les mots qui comprennent et apaisent le cœur ont cadencé.

«Survivre c’est savoir Survivre c’est traverser le temps En mangeant de l’espoir…»

C’est alors que le public se rendit compte de toute la puissance émotive que détiennent les Dessins de Silences. Nasser finit sa prestation par un texte de lui-même ayant fait pleuvoir sur l’assistance une mer de rires. C’est vrai…on riait sans crainte. Puis Ulda la slamladie 2017 vint avec des mots amertume-souffrance-espoir pour crier la douleur de Awa la violée. C’était tout simplement émouvant. Chacun a su gérer cette émotion avec les moyens de bord. La première partie de la rencontre venait d’être bouclée.

La deuxième   a été consacrée à la présentation de l’œuvre. Une première analyse a été faite par Méchac Adjaho, poète et musicien,  qui a su nous montrer en un temps record le contenu de l’œuvre. Ensuite une seconde analyse faite par le poète Jean Paul Tooh-Tooh avec des termes plus techniques.

 

Dessins de silence. 1jpg

Il affirme: « Dans Dessins de Silences, vous avez deux arts qui s’entremêlent; Habib n’a fait que confirmer son statut de poète». Deux arts? Mais lesquels? Prenez le livre et vous verrez: « Le pinceau est à la toile et tu le sais La plume est à la page et toi A quoi sert ta folie…» Après le débat entre les présentateurs, l’auteur et le charmant public, il y eut la vente aux enchères dirigée par Florent Eustache Hessou et enfin des paroles douces dans une belle mélodie pour dire joyeux noël aux enfants démunis :

«…Une chanson pour les enfants dont les parents sont en prison Une chanson pour ces enfants qui n’auront pas de réveillon A tous ces enfants qui travaillent sans salaire dans nos maisons Et qui n’attendent qu’un simple mot,que jamais nous ne leur disons…»

En effet,  Habib Dakpogan est aussi chanteur !

Dessins de silences ! Vous savez quoi faire chers lecteurs; néanmoins Saveurs Livresques vous le rappelle: prenez et lisez. Ça fait du bien. Le livre coute 2500FCFA et est disponible à la librairie Notre dame, de Cotonou et à Vénus d’ ébène.

Nous en parlerons très bientôt sur le blog. Quand les saveurs, se font poétiques, il faut les déguster en silence.

Dessins de silence


 Belkis Hounkanrin

Auteur :

Bienvenue sur saveurs livresques. Le blog littéraire qui ne constipe pas.

12 commentaires sur « Lancement de Dessins de Silences de Habib DAKPOGAN : et le silence se répandit ! »

  1. Simplicité, élégance et professionnalisme surprenant s’allient en transe pour faire goûter au public-lecteur les saveurs silencieuses de la cérémonie de naissance de Dessins de silences. Le dernier bébé littéraire d’Habib DAKPOGAN que l’auteure de cet article donne à savourer en nous faisant déjà saliver. Bravo Belkis et longue vie à Saveurs livresques.

    Aimé par 1 personne

  2. A un moment donné, j’étais convaincu que l’art et la littérature avaient fini d’être importants, car tous deux claironnaient désormais. Et pour rien. J’étais sûr d’avoir raison puisque je suppute que notre époque est confrontée à d’autres problèmes que ces deux parents proches ne font qu’irriter; ils ne les résolvent pas.
    Mais j’avais tout faux. Ils impactent nos vies et ont une propriété spirituel le. La poésie, spécifiquement, a tout le destin d’une science.

    Et chaque fois, ces auteurs nous le démontrent et nous en convainquent. Ce recueil, tel que présenté doit, dans son contenu, donner la sensation comme celle d’une <<soif étanchée avec l'eau fraîche par un temps de chaleur caniculaire.
    Merci Belkis Hounkanrin.

    Aimé par 1 personne

Donner votre avis éclairé sur cette sauce :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s