Publié dans Poèmes

Serments de Habib Dakpogan in Dessins de silences

Le texte que nous vous proposons aujourd’hui se veut une pause. Depuis neuf jours, nous avons célébré l’amour dans ce qu’il a de plus beau et de fougueux. Mais l’amour n’est pas fait que de sourire et de larmes de joie.  » Jusqu’à ce que la mort nous sépare » est parfois un mensonge trop pieux. C’est cette douloureuse vérité que nous donne à lire l’écrivain béninois Habib Dakpogan dans  » Serments » un poème de son dernier ouvrage,  » Dessins de silences« .

C’est un avant-gout à la présentation du livre qui se fera  bientôt.

divorce-619195_960_720
pixabay.com

C’est comme un lac étal et sans reflet,

Une fleur de mai sans soirée d’air frais,

C’est comme un beau slow derrière le mur du son,

C’est comme une toile de lait aux colombes envolées,

Comme une église le soir du jugement dernier. Lire la suite de « Serments de Habib Dakpogan in Dessins de silences »