Publié dans Lu pour vous

Veronika décide de mourir / Paul Coelho : le secret du bonheur, c’est la folie.

veronika décide de mourir

 

 « Le 21 novembre 1997, Veronika décida qu’était venu le moment de se tuer. Elle nettoya soigneusement la chambre qu’elle louait dans un couvent de religieuses, éteignit le chauffage, se brossa les dents et se coucha »

 

Veronika décide de mourir est un livre du très célèbre écrivain brésilien Paulo Coelho. Je le connaissais juste de réputation, tout en sachant que je devais absolument le lire.

J’ai d’abord été attiré par le titre. Pourquoi une belle et jeune fille – quand on s’appelle Veronika on ne peut qu’être jeune et belle – déciderait –elle de mourir ? Son projet de ‘’ mort’’ réussit-t-il ? Ce sont ces questions que j’avais dans le cœur quand j’ai décidé de vivre ce livre.

 

Veronika décide de mourir de Paul Coelho : pour mieux vivre soyons fous.

 

Par un après-midi de novembre, la belle Veronika bibliothécaire – comme moi –  décide d’en finir avec la vie. Elle est de bonnes raisons. Enfin selon elle. Et plutôt non valables à mon humble avis. Mais ne jugeons personne !

« Première raison : tout, dans sa vie, se ressemblait. (…) La seconde raison était d’ordre plus philosophique. Veronika lisait les journaux, regardait la télévision, et elle était au courant de ce qui se passait dans le monde. Tout allait mal et elle n’avait aucun moyen de remédier à cette situation, ce qui lui donnait un sentiment d’inutilité totale ».

Lassée de ce monde où elle ne se sent plus à sa place, Veronika ingurgite quatre boites de comprimés.  Une méthode de suicide conforme à sa «  nature féminine ». Elle se couche et attend la mort.

Mais la grande faucheuse se laisse parfois désirer. Même devant ceux ou celles qui lui ouvrent les bras.

Veronika se réveille quelques jours plus tard non pas dans l’au-delà mais dans un hospice plus précisément  un asile psychiatrique.

Le Docteur Igor, un psychiatre atypique qui tient le centre lui annone alors une (bonne ou mauvaise ?) nouvelle : son cœur a été touchée par la prise des médicaments. Elle n’a plus que quelques jours à vivre.

La rencontre de certains pensionnaires du centre lui permet de modifier sa vision de la vie. Elle se surprend à aimer de nouveau la Vie ! Elle qui désirait tant mourir.

A ce niveau,  je vous invite à penser à la chanson Encore un soir de Céline Dion Vous aurez une idée de  l’état dans lequel Veronika la suicidaire se retrouva.

Citons ces ‘’ amis ‘’ : Zedka, internée pour dépression ; Maria, pensionnaire de l’asile pour syndrome de panique, et  Eduard, fils d’un ambassadeur, devenu schizophrène après avoir été contraint par ses parents à renoncer à faire des études de peinture.

Le Docteur Igor profite de l’occasion pour tester sa thèse sur ce le Vitriol ou Amertume. L’amertume est une substance invisible – au même titre que la Libido de Freud- mais présente dans chaque organisme.Son excès chez l’humain entraine la solitude, l’anxiété, le repli  sur soi.  Selon lui, la solution contre l’Amertume,  serait la conscience de la mort; elle inciterait en effet de vivre davantage.

Veronika décide de mourir est un livre sur la vie, la mort, la folie.

Le style du livre est très fluide. La narration aisée.  Paul Coelho prend le temps de raconter l’histoire de chaque principal personnage, sans toutefois dévier de la ligne.

On n’a pas l’impression de lire des histoires mais une seule et même histoire.

Veronika décide de mourir est une ode,  mieux, une invitation à pas folie. Pour vivre pleinement sa vie, il vaut mieux être fou. Être fou revient à accepter d’être différent des autres. Être fou, c’est vivre la vie que l’on souhaite sans tenir compte des avis des autres.

Le livre nous montre combien la vie est précieuse. Il est important d’accepter de la vivre qu’importent les petits désagréments.

Vous allez aimez le lire.

C’est du Paulo Coelho tout de même  alors j’ai pensé que quelques belles phrases ne vous déplairaient pas.

« Si un jour je pouvais sortir d’ici, je me permettrais d’être folle parce que tout le monde l’est. Les pires sont ceux qui ne savent pas qu’ils le sont, parce qu’ils ne font que répéter ce que les autres leur ordonnent. »

« Au fond, tout ce qui survient dans nos vies est exclusivement de notre faute. Beaucoup de gens ont traversé les mêmes difficultés et ont réagi d’une manière différente. »

 

« Il doit en être ainsi pour vous ; soyez fous, mais comportez-vous comme des gens normaux. Courez le risque d’être différents, mais apprenez à le faire sans attirer l’attention. »

« Mais je sais que je serai utile, et que le risque d’une aventure vaut mille jours de bien-être et de confort. »

« C’est grave de s’obliger à ressembler à tout le monde : cela provoque des névroses, des psychoses, des paranoïas. C’est grave parce que c’est forcer la nature et aller à l’encontre des lois de Dieu, qui, dans tous les bois et toutes les forêts du monde, n’a pas créé une seule feuille identique à une autre. »

« Mais la grande folie dont sont capables l’homme et la femme est précisément l’amour. »

Quel livre de Paulo Coelho avez-vous lu ? Moi celui-ci est le premier et j’ai vraiment accroché. Je pense que je lirai L’Alchimiste qui  me semble t-il est son ouvrage le plus célèbre. Que me recommandez-vous d’autre ?


Désiré GODONOU

Auteur :

Bienvenue sur saveurs livresques. Le blog littéraire qui ne constipe pas.

Donner votre avis éclairé sur cette sauce :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s