Publié dans Opinions

Ce que le livre doit à l’environnement Par Alex K-do accro aux livres et écologiste .

 

livre environnement

Comment concilier Fabrication de livre et Écologie ? Souvent les gens perdent facilement de vue l’impact que la fabrication du livre, du papier peut avoir sur la sécurité de notre Écosystème. Nouveau, achetons ce nouveau livre à la librairie du coin. Un livre que de toutes les façons nous n’allons pas jeter à la poubelle après lecture. Nous le gardons dans notre bibliothèque. Nous le prêterons peut-être à des amis si nous ne sommes pas trop pingres. Alors il est où le problème Monsieur Écolo ?

Bah, le problème il n’est pas ici devant toi là maintenant mais loin là-bas, avant même l’étape où l’on dépose ton livre sur l’étagère de la librairie.

Avant d’imprimer les bouquins en imprimerie, on a besoin de papier donc de pâte à papier dans un premier temps. (Oui ! Le papier ne tombe pas (encore) du ciel).

Mais comment fabrique-t-on la pâte à papier ?

La principale matière première de la fabrication de la pâte à papier provient des arbres (les eucalyptus, les peupliers, etc.) La pâte à papier est faite d’un mélange de fibres de bois et d’eau. Le bois est écorcé, broyé mécaniquement et cuit avec des produits chimiques. (Lisez-bien CHI-MI-QUES)

 

Cycle du livre

La production du livre participerait-elle à la déforestation ?

En effet, il faut 2 à 3 tonnes de bois pour fabriquer une tonne de papier classique. Dans le monde, 1 arbre abattu sur 5 est consommé par l’industrie papetière. (Source : ecoinfo.cnrs.fr) Ces chiffres sont vieux de 8 ans. Aujourd’hui, je me dis qu’ils se seraient encore alourdis. Avec le besoin croissant de papiers, les forêts primaires sont détruites et remplacées par la plantation d’arbres comme l’eucalyptus. Ce n’est donc plus la flore seulement qui se trouve menacée mais la faune qui y vit aussi.

Appétit vorace pour l’eau et l’énergie

L’industrie papetière se classe au 2nd rang en consommation d’eau douce. Elle serait aussi à l’origine de 1,05% des émissions globales de gaz à effet de serre. (Source : ecoinfo.cnrs.fr)

Dans les différentes étapes de la conception du livre papier, se trouve entre autres le transport des matières premières (bois) et de la pâte blanche d’un point à un autre parce qu’elle est souvent importée. Ce transport génère des émissions de gaz à effet de serre. Une fois la pâte à l’imprimerie, plus d’une activité nécessiteront l’utilisation du courant électrique.

Alors que faut-il faire ? Arrêter la fabrication du livre en papier ?

Non… quelle idée ! Comment se séparer du plaisir du toucher de la matière papier, de humeur l’odeur du neuf dans les pages, l’odeur de l’imprimerie. (C’est vrai que le livre numérique devient une alternative sérieuse mais c’est là encore un autre débat). On ne peut pas cesser de lire pour autant. On ne peut cesser de produire du papier pour nos imprimeries quand bien même je pense que le livre numérique est plus respectueux de la nature que le papier. Nous pourrions proposer aux structures de fabrication de pâte à papier de s’investir dans le recyclage des papiers journaux (ces papiers qui généralement n’ont d’intérêt que pendant une journée), les vieux papiers et les cartons inutiles.

Je trouvais important qu’en tant qu’amoureux de la lecture, nous soyons au courant de ce que nous devons à l’environnement. Qu’ensemble nous trouvions une manière d’équilibrer la balance, de réparer les dégâts que notre passion encourage.

Réfléchissons-y correctement ! En fait, je pense qu’un amoureux de livre devrait aussi être un amoureux de la nature, une personne que la dégradation de l’environnement interpelle. On pourrait ensemble créer un mouvement d’action dans ce sens. Qu’en pensez-vous ? Je ne sais pas le nom qu’on donnerait à un tel mouvement. Peut-être… « Planter des livres » ou « Un livre lu, un arbre à planter.» Si vous devriez planter autant d’arbres que de livres que vous avez lus, combien d’arbres auriez-vous déjà plantés en 2018 ?

Parlez-moi de vos idées de choses à faire, d’actions à mener.

 

** Chiffres et statistiques vérifiables sur [https://ecoinfo.cnrs.fr/2010/11/23/les-impacts-de-la-fabrication-du-papier/]

 

 

 

Alex K-do

Auteur :

Bienvenue sur saveurs livresques. Le blog littéraire qui ne constipe pas.

2 commentaires sur « Ce que le livre doit à l’environnement Par Alex K-do accro aux livres et écologiste . »

Donner votre avis éclairé sur cette sauce :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s