Publié dans Chroniques

Fautes sur les actes administratifs : De l’urgence de recruter des correcteurs

Bonaventure Agbon 1

Quand je suis face à une personne qui commet des fautes ou erreurs de « français », je me dis que c’est la faute à la précipitation, c’est le propre de l’oralité. Quand aussi je tombe sur un jeune au speech saccagé, pour ne pas dire gavé de fautes, je me montre clément envers lui sachant qu’il est le disciple d’une école en ruine. Quand par ailleurs dans un journal je bute sur des fautes, quel que soit leur gravité, j’argumente que c’est le péché de la précipitation, surtout quand je sais dans quelles conditions les journaux fonctionnent la nuit. Il n’est pas facile de bloquer le chemin de l’imprimerie à une faute quand on est sous les caresses du sommeil, ou en proie à la fatigue et aux affronts des moustiques. Quoiqu’on dise, quelles que soient les excuses, une faute garde son statut de faute.

Lire la suite de « Fautes sur les actes administratifs : De l’urgence de recruter des correcteurs »