Publié dans Chroniques

Mon avis sur la Nouvelle liste des Œuvres littéraires au programme de Français

classroom-1866519_960_720

pixabay.com

Depuis le mois de juillet, les élèves et enseignants béninois savaient quels sont les ouvrages qui seront utilisés en classe pour les deux prochaines années scolaires.

Ceci a été rendu possible grâce à l’arrêté N°097/MESTFP/DC/SGM/DESG/DETFP/DIPIQ/SA/084SGG18 portant liste officielle des manuels scolaires autorisés pour les années scolaires 2018-2019 et 2019-2020.

Je voudrais saluer la publication, de bonne heure du document. Les personnes concernées auront eu toutes les vacances scolaires pour se procurer les ouvrages en question et en commencer l’étude.

Dans cet article, je parle de ce que j’ai la prétention de maitriser le plus : les œuvres littéraires.

En voici la liste complète. Mes remarques suivront.

Nouvelle liste des Œuvres littéraires au programme de Français

Classes de sixième
– Pourquoi le bouc sent mauvais et autres contes du Bénin de Raouf Mama.
– Le médecin malgré lui de Molière.

Classes de cinquième
– YÈMI OU LE MIRACLE DE L’AMOUR d’Adélaïde Fassinou
– LE PAGNE NOIR de Bernard B. Dadié
– Le malade imaginaire de Molière
– Perles d’Emotion de Marcel-Christian OGOUNDELE

-Le mortier rouge de Eustache Prudencio

Classes de quatrième
– La secrétaire particulière de Jean Pliya
– L’enfant et la rivière d’Henri Bosco

Classes de troisième
Serment d’abstinence de Laleye Abdel Hakim Amzat (LAHA)
– LA NAISSANCE DU FA, L’ENFANT QUI PARLE DANS LE VENTRE DE SA MÈRE de Mahougnon Kakpo
– Le Cid de Pierre Corneille

Classes de 2nde toutes séries confondues:
– Le rêve étranglé d’Eustache Prudencio.
– Les essais de Montaigne
– Le gong a bégayé d’Apollinaire AGBAZAHOU
– Les fables de La Fontaine
– Pour une poignée de gombos de Adonon Sophie.

Premières A et B, C et D
– L’affaire Bissi, Il y a mieux que la neige de Barnabe-akayi Aavito Daté
– Candide de Voltaire.

En terminale A1, A2 et B.
– Une si longue lettre de Mariama Bâ
– Les Tresseurs de corde de Jean Pliya
– Les rayons et les ombres de Victor Hugo
– Le lion et la perle de Wolé Soyinka
– L’homme dit fou et la mauvaise foi des hommes de Florent COUAO-ZOTTI.

 

Les points positifs

  • la diversité des genres littéraires

Dans cette liste presque tous les genres littéraires sont représentés : romans, poésie, nouvelle, théâtre, conte…

Cela permet aux apprenants de gouter aux saveurs livresques sous toutes les formes et aussi de s’essayer dans le genre qui leur plait le plus. J’imagine des élèves s’essayer au théâtre après avoir étudié : Le chroniqueur du Pr de Barnabe-akayi Atavito.

En tant que poète, je voudrais que des élèves après avoir lu Perles d’émotions, de Marcel Ogoundélé dont j’ai aimé le Tu leurs diras, commencent à transcrire leurs émotions en vers.

  • la diversité des thématiques

Politique, société, culture, tous ces aspects de l’Homme sont représentés. Permettant aux élèves d’avoir une vision plurielle du monde.

  • une femme de plus au programme

Avec son roman Yèmi ou le miracle de l’amour, Adélaïde Fassinou emboite le pas à Sophie Adonon et devient la deuxième femme béninoise inscrite au programme scolaire de son pays.

J’estime que la voix des femmes doit se faire de plus entendre, non par pur formalisme paritaire mais parce qu’elles ont de la qualité.

  • une part belle aux livres béninois

La littérature est certes universelle mais qui mettra en valeur nos œuvres littéraires mieux que nous ? L’essentiel des œuvres littéraires au programme provient des plumes d’écrivain.e.s béninois.e.s. Connais-toi toi-même a dit Socrate. Ici on dira lis-toi, toi-même !
Malgré tous ces aspects positifs, l’arreté2018 N°097/MESTFP/DC/SGM/DESG/DETFP/DIPIQ/SA/084SGG18 portant liste officielle des manuels scolaires autorisés pour les années scolaires 2018-2019 et 2019-2020 comporte de nombreuses insuffisances qui à mon avis qui n’est pas du tout humble, gagneraient à être revues. Il s’agit notamment de :

  • le caractère non contraignant de l’arrêté

Dans le titre de l’arrêté on parle bien de « manuels scolaires autorisés ». A mon avis, « autorisés » implique qu’un choix précis et rigoureux a été fait et assumé.

En d’autres termes, par cet arrêté le ministère en charge de l’enseignement secondaire, obligerait les enseignants à utiliser les documents en question.

Autoriser signifie en effet : permettre, admettre, tolérer.

Pourtant dès l’article 2, autoriser est remplacé par « retenus ». Et dans la suite de l’arrêté, ces deux mots font place à « recommander ».

C’est ainsi qu’on lit par exemple « ouvrages recommandés en français ».

Autoriser et recommander ne sont pas synonymes !

Vous me direz que ce ne sont que des mots et que j’en fais trop. Eh bien non.

Les enseignants ne sont pas obligés d’étudier avec leurs élèves les livres retenus dans l’arrêté. Puisque une recommandation n’est pas contraignante. Elle est consultative.

Tous les élèves n’auront pas la chance d’étudier Le chroniqueur du Pr , ni Serments d’abstinences de Laleye Abdel Hakim Amzat, ou encore Une si longue lettre de Mariama Bâ !

Je le sais parce que depuis deux ans, que Pour une poignée de gombos de Sophie Adonon est au programme, beaucoup d’élèves de la classe de seconde ne l’ont pas étudié.

Pourquoi mettre des ouvrages au programme si on ne s’assure pas qu’ils seront VRAIMENT lus et étudiés par la cible ?

  • Trop de livres peuvent tuer la lecture.

C’est connu les jeunes lisent de moins en moins et les œuvres au programme n’échappent pas à ce phénomène.

J’ai des camarades de classe qui n’ont lu aucun livre au programme scolaire, pour des raisons diverses certes.

Chaque année, des élèves me sollicitent pour les aider à faire des exposés portant sur des livres au programme.

Dans presque 100 pour cent des cas, ils n’ont pas lu l’ouvrage en question.

Quand je les renvoie à la lecture, ils se rabattent sur internet, et copient aveuglement les chroniques parfois écrites par moi ou mes collègues blogueurs littéraires, quand il s’agit de livres béninois.

Mais je trouve que plus, il y a de livres à étudier, moins les enseignants seront motivés à cette tâche.

L’arrêté a recommandé cinq ouvrages pour la classe de Seconde et quatre pour la Cinquième.

Connaissez-vous un seul enseignant de français qui ait le temps de faire étudier tous ces livres à ses élèves, alors qu’on sait bien qu’un cours de français n’est pas un club de lecture et qu’il n’a pas qu’une seule classe en charge ?

Pour que l’arrêté soit vraiment efficace, je proposerais que par classe il soit retenu un seul ouvrage littéraire, à étudier.

  •  La période de validité de l’arrêté

Je pense que les ouvrages au programme sont trop vite changés.

Deux ans, c’est peu.

On a l’impression que pour faire plaisir à tous les écrivains, et leur permettre d’avoir le PRIVILÈGE d’être inscrit au programme, le ministère modifie tous les deux ans la fameuse liste.

J’aimerais par exemple savoir pourquoi un livre comme  » Les fantômes du Brésil  » de Florent Couao-Zotti soit déjà retiré du programme après seulement deux années scolaires.

Ce serait d’ailleurs intéressant que le ministère communique sur la logique et les critères qui fondent la sélection des ouvrages ou des auteurs…

Je pense que l’arrêté devrait être valable pour cinq ou dix années scolaires.

Cela permettrait à toute une génération d’élèves d’avoir des repères et des références littéraires communes.
Voici pour finir mes propositions pour la promotion du livre et de la lecture en milieu scolaire :

  • Faire éditer par le Centre national de production de manuels scolaires, les œuvres au programme, et les subventionner afin que la majorité des élèves puissent les acquérir et les lire. (S’inspirer de Laha éditions qui vend ses livres à 1000 F voire 1500 F).
  • Instaurer la lecture comme cause prioritaire nationale et trouver le moyen de ‘ contraindre les élèves à vraiment lire, en intégralité un ouvrage littéraire au programme
  • équiper les bibliothèques scolaires des manuels scolaires.

Eurydoce Désiré Godonou

Spécialiste de l’information documentaire

 

Auteur :

Bienvenue sur saveurs livresques. Le blog littéraire qui ne constipe pas.

6 commentaires sur « Mon avis sur la Nouvelle liste des Œuvres littéraires au programme de Français »

  1. Tu as eu les mots polis pour cet article. Et j’achète cette positivité qui te caractérise. Les livres actuels ont des failles à plusieurs niveaux. En dehors de ceux qui sont remplis de fautes, il y a la surcharge que tu as bien souligné. Vivement qu’ils t’ecoutent toi car nous, nos voix ne comptent pas.

    Aimé par 1 personne

  2. Refléchi et fouillé comme article.
    J’ose croire que les acteurs concernés vont prendre la mesure des choses .
    Il parait qu’ils ne lisent que ce qui leur tombe sur le crâne comme un coup de fouet!

    J'aime

  3. Merci ! Comme l’a dit Casimir, tu as fait dans la politesse. Et c’est bien ! Je ne savais pas si je pouvais prendre le clavier par ce bout-là, si poli. C’est pour cela que depuis j’ai pas écrit alors que j’ai bien de dents (les 32, pour être précis) contre cette liste.

    J'aime

Donner votre avis éclairé sur cette sauce :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s