Publié dans Chroniques

L’auteur est-il responsable des propos de ses personnages ?

 

dan-maxwell-889082_960_720
pixabay.com

 

En lisant les œuvres littéraires, il nous arrive de tomber sur des passages qui nous choquent et qui peuvent semer la polémique.

Ces propos sont tenus dans le cours de la narration par les personnages desdites œuvres. On peut alors se demander si l’auteur est responsable de ce qu’il fait dire à ses personnages…

Je vais convertir la question en deux interrogations plus précises :

-l’auteur pense-t-il tout ce qu’il fait dire à ses personnages ?

-l’auteur peut-il être condamné pour les propos de ses personnages ? (Doit-il juridiquement assumer les paroles de ses personnages ?)

 

L’auteur est-il responsable des propos de ses personnages ?

Les personnages n’ont pas d’existence civile. Il serait donc impossible, de les amener à la barre pour répondre de « leurs » propos.  Dans tous les cas, et même s’il essaye parfois de le nier, c’est l’écrivain qui parle à travers ses personnages.

Alors, tout ce qu’il dit peut-il être retenu  contre lui ?

A priori non, puisque l’écrivain travaille dans un monde fictif. Il n’est pas journaliste et la liberté artistique lui donne les ailes et le zèle de  dire le monde tel qu’il le souhaite.

C’est conscients du risque, qu’ils encourent  parfois dans leurs écrits, que certains auteurs prennent la précaution de mettre en  prélude à leurs œuvres la fameuse formule : «  Cette histoire est imaginaire. Toute ressemblance avec des faits ou des personnes réelles ne serait que pure coïncidence ».

 

La différence entre un journaliste et un écrivain est surtout au niveau du traitement de l’information. Alors que le journaliste est tenu de par sa déontologie d’être fidèle aux faits, l’écrivain a la faculté de s’inspirer des faits réels pour réinventer la réalité. Sa réalité.

Pourtant beaucoup d’écrivains se voient poursuivis et mis en prisons pour leurs œuvres. Pourquoi ? Eh bien, écrire est un acte militant. Et cela nous ramène à la première sous-question :

L’écrivain pense-t-il tout ce qu’il fait dire à ses personnages ?

 

L’écrivain est maitre de sa plume. Il ne peut pas écrire ce qu’il ne veut pas voir lire…

Aussi inspiré, ou possédé par les muses qu’il puisse être, il sait discerner ce qui est bien de ce qui est mal.

Il  ne se contente pas seulement d’écrire des  récits pour amuser des accros aux livres.

De tout temps, les écrivains ont mis leur plume au service d’une cause.

Victor Hugo par exemple dans son  ‘’Le dernier jour d’un condamné ‘’ s’engageait contre la peine de mort.

Les bouts de bois de Dieu de Sembene Ousmane dénonçait la colonisation.

Dans Une si longue lettre, Aminata Ba se fait féministe quand elle expose  une société  sénégalaise qui sous couvert de la religion et de la tradition opprime la femme.

Dans Les purs hommes le jeune et brillant écrivain sénégalais Mbougar Sarr met sur la place pudique, le débat sur l’homosexualité au Sénégal et plus globalement en Afrique.

 

Ces écrivains auraient-ils inventé ces histoires justes pour faire passer des heures de lecture ?

Je pense que dans une certaine mesure, ils ont voulu faire bouger les lignes.

Ils sont derrière leurs personnage et on l’air de leur murmurer ; «  allez, de tous mes lecteurs, faites des disciples de ma vision du monde ».

Les écrivains se servent du caractère fictionnel de leurs personnages pour défendre leur propre vision du monde.

Si ces œuvres sont saluées autant pour la qualité de l’écriture, que pour les idées qu’ils véhiculent, c’est l’auteur qui en tire les lauriers et non les personnages !

Ce n’est pas Meursault l’intriguant héros de l’Etranger qui reçut le prix Nobel.

 

En définitive, les  auteurs savent qu’ils seront encensés ou dénigrés pour ce qu’ils font dire à leurs personnages. C’est la suggestibilité de l’art qui fait que ce jugement dépendra des expériences de chacun.

Par honnêteté intellectuelle, l’écrivain en tant que géniteur de ses personnages, doit aussi parfois donc assumer leurs paroles qui ne sont à la base que ses paroles ! Et pas seulement pour le meilleur !

Voilà ce que je pense. Et vous savez quoi ? J’aimerais avoir votre avis.


Eurydoce Désiré Godonou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur :

Bienvenue sur saveurs livresques. Le blog littéraire qui ne constipe pas.

Un commentaire sur « L’auteur est-il responsable des propos de ses personnages ? »

Donner votre avis éclairé sur cette sauce :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s