Bénin — Faut-il rétablir la peine de mort ?

Bénin — Faut-il rétablir la peine de mort ?

À la faveur de la révision de nuit de la Constitution de février 1990, une disposition lumineuse a vu le jour : l’abolition totale de la peine de mort. La mesure a été saluée par les uns et accueillie avec réserve ou indifférence par les autres. De toutes les façons, ce n’était guère un referendum.

Toutefois, face à certains drames —  viol, meurtre  etc. de nombreuses personnes pourtant très censées et pas particulièrement méchantes réclament le retour de la peine de mort. Le désir de cette forme de ‘ justice’ a été renforcé ces dernières semaines par le viol suivi du trépas de deux pauvres gamines.

C’est qu’horrifiées, indignées et impuissantes devant le mal, ces personnes ne voient comme solution finale qu’une mort punitive. Comment ne pas comprendre la détresse des victimes ou proches des victimes quand l’irréparable, l’abominable, l’innommable se produit ?

Cela dit, mesure-t-on les conséquences d’un hypothétique rétablissement de la peine de mort dans un pays, le nôtre, qui semble déchanter de son expérience démocratique ?

Un défenseur des droits de l’Homme accusé d’intelligence avec « l’ennemi », un opposant qui aurait fomenté un coup d’État,  seraient tout aussi candidats à la potence qu’un violeur, un assassin. Qui doit mourir et qui le décide ?

« Laisser la justice faire son travail », me dira-t-on. Nous savons pourtant que partout dans le monde, la justice peut avoir des travaux dirigés…

L’Amérique ségrégationniste a condamné à mort et à tort de nombreux Noirs. Certains ont pu échapper de justesse à leur injuste fin. Ce n’est pas du cinéma. Et c’est au cinéma !

Non, je ne pense pas que la peine de mort vaille la peine d’être rétablie.

Et si nous commencions par admettre la vérité ? Cette vérité, la voici : l’Homme est aussi mauvais que bon.

Dans Différents (Album : Les Bénéfices du doute) , Bénabar se demande si les criminels «  nous ressemblent ».  Et de réaliser fatalement  :

« Les meurtriers sans états d’âme
Ont des enfants qu’ils gâtent
Les oppresseurs ont des femmes
Des amis de longue date

Ils aiment aussi la musique
Et sont parfois gourmands
Les nettoyeurs ethniques
N’ont pas tous l’air méchant
N’ont pas tous l’air méchant! »

Le mal est en nous, il est à coté de nous, il fait partie de notre nature humaine.

Mon avis est qu’on n’efface pas le crime en tuant le criminel. Les mots viol, rapt, vol, assassinat etc, – tout ce que la morale considère comme négatif et la religion, péché – existeront toujours dans le dictionnaire de notre monde.

Nos parents qui naguère ont assisté à des exécutions publiques savent qu’elles n’ont guère découragé les malfrats.

Il nous faut des réponses humaines aux actes inhumains.

Que notre compassion, notre sens de la justice, je dis notre humanisme, ne nous conduisent pas à devenir ce que nous prétendons combattre : l’inhumanité.


Eurydoce Désiré GODONOU

Donner votre avis éclairé sur cette sauce :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s