Publié dans Non classé

Comment écrire un poème en vers ivres ?

Avant tout à vos lecteurs, pensez !

Mettez le cou-vers

Prenez dix poignées de mots.

Des mots de tous les jours.

Ajoutez deux ou trois mots de toutes

les nuits pour faire profond.

Si vous y tenez prenez un demi-mot technique pour avoir l’air savant – mais ce n’est pas nécessaire :

Le poète n’est qu’un enfant de cœur…

Saupoudrez avec:

Un zeste de créativité

Une pincée d’exaltation

Une cuillerée à soupe d’amusement

Versez le tout dans un vase et faites une fête de valse.

Réservez

Vous obtenez des vers ou des versets

Resservez

De tous ces mots, faites la septième chose qui vous vient à l’esprit.

Votre poème est prêt.

Servez…

C’est qui le poète en vers ivres maintenant ?

Désy Ray.

Publié dans Non classé

Lettre aux vers à mes futurs enfants #FêteDesPères

 

Chers futurs chairs de ma chair, sens de mes sens

Je ne suis qu’un père de vers maintenant

Ma  plume  fidèle dans le ventre de la nuit

Accouche hier, aujourd’hui et demain

Des mots ivres mais libres  qui disent mes peurs

Mes terreurs, mes désespoirs, et  mes espérances

Quelques fois.

Oh oui ; je ne suis qu’un père vers

Et l’inspiration m’a plus d’une fois

Conduit à l’extase : orgasme poétique

J’ai joui, oui je joue avec les mots pour noyer les maux

Dans la fosse commune du temps.

*

Or je suis un mâle et  bientôt viendra ma femelle.

Et je serai bien.

Alors, il viendra des jours ou des nuits

Où s’élèveront des cris, vos cris de nouveaux –nés

Et l’on dira : le poète de la montagne est papa.

Pour vous je serai là et jamais las

Vous serez mes plus beaux vers, ma plus grande Œuvre

Sang de mon sang et sens de mes sens

Je ne serai plus seulement un père-vers

Mais un papa.

*

De moi, vous serez fiers

Je le promets.


Paternellement , Désiré G.

 

Publié dans Non classé

Lettre fermée au frère buffle mort pour mon déjeuner.

buffle
pixabay.com

Frère buffle,

L’autre jour dans un restaurant qui sert de la viande de brousse, je vous ai eu à déjeuner.

Je me dois de vous informer que ce fut un honneur et un privilège pour mon modeste appareil digestif de prendre en charge quelques morceaux de votre viande. C’était la première fois, vous savez…. Non, vous ne pouviez pas savoir mon frère !

Somme toute, ce fut, je vous le dis tout de suite, une belle découverte.

Je fus agréablement surpris, mon frangin, car vous prenant pour l’animal le plus fort de la savane, je me disais que votre chair serait dure, difficile à mâcher. Un peu comme votre cousin le bœuf.

Or sans vouloir vous flatter, sachez que mes canines n’eurent aucun mal à vous dévorer.

Il faut rendre justice aux cuisinières. Votre viande fut bien traitée, bien assaisonnée, bien grillée, nom d’un buffle !

Ainsi, si dans votre agonie, vous vous demandâtes, pourquoi les humains, abrégeaient le nombre de vos années, sachez maintenant, cher frère buffle, que vous ne mourûtes pas en vain.

En effet, des dizaines de personnes ont mangé de votre chair et en ont été émerveillées.

Je pense humblement que vous pouvez en être fier.

Il a fallu votre trépas pour que je me rende compte à quel point vous êtes succulent. Cela me désole ! Mais mettez-vous à ma place ! Je sais que ce n’était pas nécessaire. Je sais que j’aurais pu me passer de viande de buffle toute ma vie Mais … Mais…

Vous aussi, frère buffle – je sais que comparaison n’est pas raison – vous aussi mangez des herbes qui sont vos frères. Ne me dites pas que jamais vous n’avez abusé.

Bref, je voudrais seulement que vous trouviez dans cette lettre, l’expression de mon hommage.

Votre frère omnivore.

P.S La digestion fut cependant un peu délicate. Vous fites trois jours et trois nuits dans mon ventre. Je ne sais pas si c’était par vengeance, mon frère. Je suis désolé… Nous les humains, ne sous sentons maitres de la terre que quand nous soumettons les autres êtres.

Frère buffle, vous pouvez maintenant vous considérer comme bienheureux. Vous n’aurez plus plus à supporter les caprices de nous les humains.

Désy Ray.

Publié dans Non classé

Les différents types d’écrivain selon Habib Dakpogan

Habib Dakpogan

Chers amis, vous savez, sans écrivains, pas de livres et pas de lecture – ah si il y a des gens qui savent lire les lignes de la main. Bon. Mais je suppose qu’ils ne sont pas très nombreux.

Nous, trouvons notre joie dans les œuvres des écrivains. Ces femmes et hommes qui passent des nuits blanches – en plus de journées noires parfois – à noircir des pages blanches afin de remplir, nos journées de lecture ! Voilà pour le coté poétique.

Mais les écrivains sont des humains avec des natures différentes.

Dans son roman PV salle 6, l’écrivain béninois Habib Dakpogan s’amuse à faire une typologie des écrivains.

J’ai trouvé ça très amusant et ironique et j’ai décidé de le partager avec vous.

Lire la suite de « Les différents types d’écrivain selon Habib Dakpogan »

Publié dans Non classé

Koffi Attédé, moi et mes espérances

23167602_10214414585899827_1313261273648817194_n

Il est arrivé, à la nomination des responsables à divers niveaux dans le secteur culturel, que nous autres artistes ou gens du livre ayons été obligés d’aller faire des recherches sur ces personnes… Tant elles sortaient de nulle part et leur nomination semblait essentiellement politique.

Mais le dernier Conseil des Ministres m’a semblé avoir accouché d’une décision sage qui s’inscrit dans la logique du « the right man at the right place. L’homme qu’il faut à la place qu’il faut ». Et c’est  dans cette dernière logique que justement je place la nomination de Koffi ATTEDE, homme du livre, à la tête de la Direction des Arts et du Livre (DAL) du Bénin. Lire la suite de « Koffi Attédé, moi et mes espérances »

Publié dans Non classé

En février, c’est le mois de l’Amour sur saveurs livresques !!!

 

 

IMG-20180124-WA0009

Trop parler, c’est maladie. Alors, on va être brefs.

En février, saveurs livresques devient malade et  propose de vous faire vivre un programme de malade !

Oui en février, nous sommes pris dune fièvre. Pas la jaune. Non, elle est plutôt rouge, ou mieux rose.

En février, la maladie de l’amour s’empare de votre blog.

Dans chaque catégorie, et tous les jours, nos articles tourneront autour de ce thème inépuisable.

L’amour qui fait pleurer, qui fait rire, qui fait vivre, qui fait vibrer, qui rend fou. L’amour qui tue. L’amour dans tous les sens. L’amour sens dessus sans dessous.  L’amour sans sens. L’amour des hommes et des femmes, l’amour des choses, l’amour des livres, les livres d’amour. L’amour de l’amour… Bon, je m’égare. Ou pas…

Nous allons publier un véritable livre rose.

Voici un peu :

28 poèmes soit, un par  jour, trois chroniques, sept notes de lecture, trois nouvelles.  Par amour, nous ne vous disons pas tout. Vous verrez ce que vous verrez.

Nous vous invitons à vous abonner pour ne rien manquer.

P.S Si vous avez des poèmes écrits par vous ou des comptes rendus de lectures d’ouvrages portant sur l’ Amour, nous nous ferons le plaisir de les publier ici. Envoyez -les nous juste à saveurslivresques@gmail.com  avant le 02 février à minuit.

Tout par Amour !

 

 

 

Publié dans Non classé

[Article invité] « Mes étoiles noires : de Lucy à Obama » Lilian Thuram

Littérature&Droit

Un vent nouveau souffle sur le blog, comme la nouvelle année nous dresse le lit de longs nouveaux jours, qui j’espère, seront agréables pour tous. Je reçois aujourd’hui, chose inédite sur cet espace, en « article invité » une chronique du blogueur  littéraire Eurydoce Désiré Godonou consacrant sa lecture de l’essai « Mes étoiles noires : de Lucy à Obama » de Lilian Thuram 

dz3 Crédit : Melty

L’idée que les Africains  et plus précisément les Noirs n’ont rien apporté à l’humanité n’est pas seulement ancrée dans la tête des racistes blancs. Certains africains en sont aussi convaincus. Chez  ces derniers,  cette méconnaissance  de l’histoire de leurs ancêtres doublée d’un complexe d’infériorité se manifeste par des phrases comme : « Ah les blancs sont vraiment  forts ».

Mais comme je viens de le dire, c’est juste de méconnaissance qu’ils souffrent. Et dans le trou noir de l’ignorance, un livre est une étoile qui brille de mille feux. « Mes…

Voir l’article original 649 mots de plus

Publié dans Non classé

2018 : livresques vœux et résolutions !

new-years-day-2910931_960_720
Crédits Photo : Pixabay

C’est avec beaucoup de détermination et d’envie que j’entame cette nouvelle année. Je souhaite qu’elle vous soit heureuse et belle. La vie est belle et rebelle- les vœux n’y changeront pas grand-chose. L’important à mon avis, c’est de rester positif : tant qu’il y a des livres, il y a de l’espoir ! Voilà.

2017  a été une année décisive :  le blog est devenu communautaire et possède désormais son propre nom de domaine.

Je vous remercie donc vous, lecteurs occasionnels ou abonnés fidèles. Sans vous, j’aurais déjà mis le clic sur le bouton  » supprimer blog ».

Au nom de tous les rédacteurs, je vous présente nos vœux pour l’année qui a commencé :

  1. Santé : sans laquelle rien n’est possible
  2. Des moyens financiers pour payer les livres de votre  wishlist
  3. Du temps matériel pour battre des records de livres lus
  4. Du zèle à nous offrir des livres . ( Quoi? Qui aime bien, gave de livres !)

Lire la suite de « 2018 : livresques vœux et résolutions ! »

Publié dans Non classé

Comment l’insomnie a fait de moi un lecteur vorace : paroles d’un ancien insomniaque qui ne regrette rien !

Enfant puis adolescent je fus un insomniaque chronique. J’ ai passé de longues nuits des années durant, sans pouvoir bien dormir . Ah, misère! Obligé d’écouter le chant lugubre mais si poétique des hiboux et autres oiseaux de nuit plus chouettes qu’on ne l’imagine. Nuit noire. Sans répit. Nuit blanche. Sans repos. Aujourd’hui encore je me demande la cause de cette insomnie…

Lire la suite de « Comment l’insomnie a fait de moi un lecteur vorace : paroles d’un ancien insomniaque qui ne regrette rien ! »