Poaime à maman / Désy Ray in Nuits comme vers

Poaime à maman / Désy Ray in Nuits comme vers

Salut mes gourmets livresques. A l’occasion de la fête des mères, je dédie Poaime à maman à toutes les mères du monde. Si vous êtes femme, j’aimerais que vous considériez que c’est pour vous qu je l’ai écrit.

Bonne fêtes à vous chères femmes et ou mères.

fete des mères
pixabay.com

 

A maman, ma mère et à toutes les  mères

En ce jour je viens et te souris ma mère

Toi dont le cœur est une  mer

Tu supportas les caprices de l’enfance

Et pardonna mes vagues de désobéissances

 

En ce jour, je viens et te  souris ma mère

Quand il arrive que la vie me soit amère

Je sais que ton cœur maternel

Me couve d’un soutien inconditionnel

 

Maintenant que mes yeux se sont ouverts

Que je réalise tout l’amour dont tu m’as couvert

Je reviens te combler  d’ovations

Je viens comme un objet de consolation

 

Regarde maman, c’est ton enfant qui te sourit

Ressens maman, c’est ton enfant qui te chérit

Ecoute maman, c’est ton enfant qui t’aime

Reçois maman, c’est ton enfant qui t’offre un poaime[1]

Désy Ray


Et vous , quelle est votre message aux mères en ce jour qui leur est dédié ?

 

[1] © Fusion de poème et aimer.  Il signifie donc : poème d’amour. Oui, c’est un mot que j’ai conçu. Je n’en ai pas encore informé l’Académie . Hahaha

Réveil nocturne / Désy Ray in Nuits comme vers

Réveil nocturne / Désy Ray in Nuits comme vers

Coucou les gourmets livresques, je suis Désiré ‘( Désy Ray) administrateur du blog. A mes heures gagnées, je couche des vers par écrit.  Je partage quelques morceaux avec vous. Vous me donnerez vos avis, n’est-ce pas ?

Aujourd’hui,  je vous propose le titre  Réveil nocturne tiré de mon recueil de  Nuits comme vers.

écrire
pixabay.com

Lève-toi poète

C’est ta muse qui te dit :

Le fleuve de la nuit est navigable

Les vents, ce soir, sont favorables

Lève-toi, ô doux enfant des nuages

Une pluie de vers va naître de toi

Lève-toi,-toi dont les yeux voient l’invisible

Ecoute le vent te souffler ce que l’oreille ne peut entendre

Que ta plume rapporte ce que la langue ne peut dire

La nuit ton fleuve

L’inspiration ta barque

La plume ta pagaie

Lève-toi

C’est l’heure de poétiser.


Désy Ray